Prix 2016 du polar des lecteurs de la Librairie Les Arcades  " Trop de morts au pays des merveilles" de Morgan Audic édité au Rouergue
Informations pratiques
15, rue de la République
71700 Tournus
0960171122
librairielesarcades@orange.fr
 
 
Animations récentes et à venir
La librairie fête ses 10 ans le 23 Mars à 19h 
 
10 ans de plaisir partagé avec les clients et dix ans de découverte de la richesse culturelle et littéraire de la Bourgogne et du Tournugeois en particulier 
 
Quoi de mieux pour fêter cet anniversaire que de venir voir et écouter Marie-Odile Goudet, Pascale Barraud et David Rougerie sur des textes de Charles Juliet, Jean Magnon, Christian Bobin, Louis Calaferte mais aussi David Rougerie, Louis Dubost, Jean-Yves Rodière et bien d’autres encore 
 
Une soirée exceptionnelle en perspective 
 
Entrée gratuite, participation au chapeau et pot en clôture 
 
(Nombre limité de sièges on peut amener son tabouret ou son pliant)
Horaires d'ouverture
Mardi à Samedi 
9h30-12h30 /14h30-19h
Fermé le Dimanche et le Lundi 

Vous trouverez
Littérature française et étrangère, livres pour la jeunesse, BDs, mangas, vie pratique, beaux-livres, scolaire et parascolaire,disques, DVDs, papeterie et carterie
Commandes
Pour commander un livre cliquez sur l'icône ci-dessus  
Prix du polar de  la Librairie Les Arcades
2 Décembre 2017 au restaurant La Bohème
"Seules les bêtes de Colin Niel " lauréat à Tournus  
Le jury des lecteurs du prix du polar de la Librairie Les Arcades réunit le 1er décembre au restaurant La Bohème a décerné le prix 2017 à 
Seules les bêtes de Colin Niel et paru aux éditions du Rouergue 
Colin Niel nous avait régalé avec sa trilogie en Guyane. Avec « Seules les bêtes » ce sont les plateaux du massif central qui servent de décor à cette superbe intrigue à plusieurs voix 

Carte de fidélité
Pour en bénéficier cliquez sur l'icône ci-dessus  
Petite promenade dans la librairie

Un super polar, qui se passe dans le tournugeois et - entre autres - dans le milieu de la librairie. Il fait partie de la sélection 2017 du prix du polar des lecteurs de la Librairie Les Arcades. 
Qu'ont donc toutes ces auteures de fantastique à se mettre avec brio à écrire des polars : J. K. Rowling, Kriss F Gardaz ?
Les rayons littérature, polars et beaux-livres
Petite promenade dans Tournus
utorisation de Jeanine Rozier
Et au milieu coule une rivière...
Le cinéma municipal La Palette
17 € aux éditions L'Astre Bleu
La librairie a aimé...
Et oui 10 ans déjà !  
Merci à tous nos clients pour ces 10 années d'échanges 
 
Merci à tous ceux qui le temps d’une dédicace, d’une présentation, d’une conférence ou d’un spectacle nous ont fait l'honneur de venir partager un peu de leur talent à Tournus à la librairie ou avec la librairie 

 
Danielle Mitterrand, Albert Jacquard, Marie-Christine Barrault, Christophe Alévêque, Matthieu Ricard, Maylis de Kerangal, Bernard Friot, Bob De Groot, Ingrid Astier, Estelle Nollet, Cécile Untermaier, Pierre Zarka, Séraphin, Lucette Desvignes, Marie-Pierre Emorine, Anne Le Maitre, Erik l'Homme, Claudine Vincenot, Albine Novarino, Pascale Barraud, Marie-Odile Goudet, David Rougerie, François Golleau, Paul Buisson, Kriss F. Gardaz, Ignacio Catalan, Catherine Bessonart, Benjamin Saint-Jean Vitus, Jean-Paul Maloire, Marie Noelle Bouissy, Jean-Yves Rodiere, Vincent Robert, Robert Reumont, Claude Poux, Patrick Poncet, Jean-Francois Chopard, Commissaire Juve, Les freres Labrel, Michel Chevalier, Pierre Boxberger, Jacques Broyer, Myriam et Véronique Delvarre, René Rémond, Violette Cabesos, Emmanuel Guillot, Pierre Athanaze, Julien Roturier, Emmanuelle Florquin, Daniel Nicolle, Alain Fauconnier, Alain Dessertenne, Frédérique Molay, Sophie de Meyrac, Jean-François Argaud, Serge Roussel, Marie-Ange Bigot, Anne Vaillant, Christelle Ravey, Claire Aronica, Paul Perrault, Caroline Michel, Joseph Caccamo, Honorine Ploquet, Claude Jean Poignant, Corinne Pourtau, Odile Orsini, Véronique Bedin , Julien Feydy, Edward Steeve, Florence Gobled... et je m’excuse très sincèrement pour ceux que j’ai oubliés. 
 

Merci aux visiteurs des livres des cuisinières et au jury enthousiaste du prix du polar des lecteurs de la Librairie Les Arcades qui nous ont permis de mettre en place ces 2 initiatives littéraires uniques en France. 
 
Merci enfin à tous ceux qui ont permis entre autres que la librairie de Tournus reparte, nous l’espérons, pour au moins 10 belles années en nous soutenant dans le combat contre l’absurde projet de centre commercial qui prévoyait entre autres une librairie de 600 m2 en dehors de la ville. La délibération de la communauté de communes annulant la procédure d’urbanisation ayant été votée le 21 Novembre à la quasi unanimité. 
 
Merci à tous du fond du cœur 
(Photo et article : Le Journal de Saône et Loire)
Fiers d’être à Tournus et de notre patrimoine

Spécialement réalisés pour la Librairie Les Arcades 2 superbes aquarelles de Carole Giboni que l'on décline sous forme de 
- cartes
- carnets
-marque-pages
et dans un calendrier 2018
Une nouveauté en exclusivité depuis Mai 2017 pour la Librairie Les Arcades 
Des cartes sur bois (érable) réalisées par l'entreprise tournusienne Placages Gauthey sur des photos de Gregor Hakkenberg. Une réalisation 100% tournusienne pour mettre en valeur notre ville magnifique et le savoir-faire de nos entreprises. D'autres vues sont en cours de réalisation
Une carte spécialement créée pour nous qui met en valeur notre patrimoine. Disponible depuis le 9 décembre à la librairie
Bon à savoir et informations diverses
1er Octobre 2016 Chronique d'une mort annoncée : mode d'emploi 
Le porteur du projet de zone commerciale au nord de Tournus investit 45 millions d'EUR . Dès la mise en place chaque EUR dépensé hors du centre commercial sera 1 EUR de moins qui rentrera dans la poche du propriétaire de la zone commerciale (soit dans ses magasins Leclerc, soit dans les autres dont il sera le bailleur) donc 1 EUR de perdu. Son objectif est donc de ratisser après avoir désherbé tout ce qui est en dehors de SA zone commerciale. Les petits supermarchés du centre tout comme les commerces indépendants ne résisteront pas et disparaitront. 
La partie désherbage a déjà largement commencé avec la multiplication des stationnements payants et des PV, le masquage des vitrines des magasins inoccupés, la fermeture du Madeleine Palace et la fermeture prochaine du Cinéma ainsi que la menace d'ouverture de ce centre commercial, menace qui découragerait tout investisseur potentiel sensé. 
Cette désertification totale des commerces du centre est tellement bien planifiée que le Maire de Tournus , par la voie de Madame sa quatrième adjointe annonce déjà officiellement l'étude de la mise en place d'une navette pour amener les habitants du centre vers la zone commerciale et notamment ceux qui auront benoitement investit dans une résidence senior proche des commerces... 
Ce sont des faits et on aura beau nous tenir des discours et nous abreuver de phrases creuses dignes des pires politiciens ringards: "qui n’avance pas recule, nous avons promis du changement il arrive, dans ce pays les gens n’aiment pas ceux qui veulent faire bouger les choses, j’en ai discuté ce matin avec Emmanuel Macron !" on n'arrivera jamais à nous donner des justifications au massacre organisé qui est train de se mettre en place sous la forme d'un projet "has been" qui va à l'inverse du sens de l'histoire et des aspirations des gens en 2016
8 Avril 2016 La langue de bois une nouvelle spécialité culinaire de Tournus
Dans la catégorie langue de bois et flou artistique nous allons bientôt devenir une référence. 
D’où peut bien venir cette tendance à ne systématiquement pas répondre aux questions posées. Sont-ce les questions qui n’ont pas de sens ? Au conseil municipal aux récurrentes questions sur le contenu de la salle multifonctionnelle (3,5 millions d’euros tout de même) et son utilisation, l’adjoint aux finances répond qu’on ne vote que sur les premiers 500 000 EUR et qu’on ne peut rien dire de plus tant que l’architecte n’aura pas dit ce qu’il peut faire . A une question sur les coûts de fonctionnement de la structure une réponse - limite exaspérée – du même indiquant que comme on a déjà dit qu’on ne savait pas ce que ce sera il est impossible de donner des coûts de fonctionnement. CQFD et tsst tsst ! Heureusement Monsieur le Maire précise quand même que tout ne sera peut-être pas fait ! Soyons précis ! 
A une question identique sur le pôle commercial la réponse est la même sauf que l’architecte est remplacé par le porteur de projet qui nous présentera en temps utile le projet. Outre que la réponse par les termes fait très chef d’entreprise reconverti elle ne nous avance guère! 
En conseil communautaire à une interrogation d’un maire du Tournugeois sur l’apparente contradiction entre l’inclusion d’un pôle commercial en dehors de la ville dans un projet de revitalisation du centre-ville et la pérennité des commerces, le président de la communauté de communes répond en remerciant son interlocuteur de se soucier des commerces de Tournus. 
Passons sur la réponse faite à un conseiller municipal s’interrogeant sur la validité des chiffres présentés et lui recommandant de se proposer comme ministre. 
Mais dans quel monde vit-on ? On parle quand même du futur proche et lointain de la ville et du Tournugeois. Il est quand même question de plus de 22 millions d’€ d’investissement. Plus de 2500 personnes ont quand même fait savoir qu’elles n’étaient pas d’accord avec le projet de démolition du cinéma du centre et de reconstruction à l’intérieur d’un complexe excentré de plus de 2000 places. Ça mérite peut-être quelques réponses claires 
Les questions, elles, sont claires et ont du sens. Pourquoi répondre systématiquement à coté ? 
Au moment du vote du budget, les choses devraient être carrées, surtout pour de tels montants. 
Après 2 ans nous avons un reniement des promesses électorales qui proposaient un cinéma et une salle des fêtes dans le centre, un pôle d’activité industriel et tertiaire avec – entre autres- des entreprises liées à l’économie numérique ainsi que des consultations avant tous les grands projets le tout assorti d’un flou complet sur les projets, leurs justifications leurs coûts et leur utilisation. 
Pourquoi ?
16 Mars 2016
Un peu surréaliste cette séance du dernier conseil municipal consacrée essentiellement au « ROB » rapport d’orientation budgétaire 
Ceux qui étaient considérés comme des martiens n’étaient pas ceux qui ne répondaient pas aux questions mais ceux qui les posaient 
Il faut dire que les questions étaient plutôt farfelues et mal venues dans un débat supposé expliquer le bien fondé des investissements liés aux projets de la municipalité ainsi le bien fondé de l’utilisation de l’argent public 
Tout d’abord au sujet de ce qu’il est maintenant convenu d’appeler le pôle nord (tant sa création va réchauffer la fréquentation du centre ville et dynamiser le commerce local) 
Question : Dans les 400 emplois annoncés pourriez-vous nous dire quels vont être les pourcentages d’emplois industriels, du tertiaire ou liés au commerce ? Réponse : c’est un investisseur privé qui va investir 55 millions, on ne peut donc rien dire. En quoi cette répartition est-elle secrète ? Heureuse municipalité qui fait confiance et qui va soutenir un projet les yeux fermés! N’y aurait-il dans les cartons que seulement un projet de centre commercial ? Y aurait-il un rapport avec la grosse galette de 45 millions d’euros d’évasion commerciale sur le Tournugeois qui doit tenter bien des grosses enseignes commerciales ? 
Ensuite au sujet de la salle multifonctionnelle qui ne se chiffre plus maintenant qu’à « seulement 3,5 millions d’euros » 
Question : Pouvez-vous nous dire à quoi va ressembler cette salle et de quoi elle sera composée ? Réponse : Non, on veut qu’elle puisse évoluer dans le temps et on fait confiance au cabinet d’architecte qui fera ça très bien (sic) (au fait les observateurs attentifs auront pu remarquer que les plans de la salle multifonctionnelle n’étaient plus affichés) 
Question : Pourriez-vous nous donner une idée de ce que vous comptez faire comme animations dans ce complexe : type, fréquence ? réponse : aucune réponse 
Question : Tous les chiffres du marché montrent que le budget annuel de fonctionnement d’une telle structure est de 10 % du montant de l’investissement initial soit 350 000 €, nous ne retrouvons pas ces chiffres dans le rapport. Réponse : nous on fera pour moins cher 
Question : L’indicateur montrant la durée que la ville mettrait à rembourser ses emprunts si elle y consacrait tout son budget va passer de 2,5 ans aujourd’hui à 8 ans en 2020 soit à ras du plafond de 10 de surendettement. Que se passera t-il si la ville a besoin de faire des emprunts supplémentaires (grosses réparations du toit d’une école par exemple) ? Réponse : il n’y a pas de raison que la ville fasse des emprunts supplémentaires (On croise les doigts et on regarde ailleurs) 
Nous n’oublions pas la séance précédente en février où une modification du PLU avait été votée pour permettre la construction d’une résidence senior sans que en dépit de nombreuses questions il ait été possible de savoir à quoi celle-ci allait ressembler 
Encore un chèque en blanc 
Sur plus de 2 h de présentation les seules justifications de ces projets ont été : « il faut le faire maintenant c’est le bon moment économique » et « ça va créer des emplois mais comme nous sommes très prudents nous n’incluons pas les retombées de la création de ceux-ci dans notre chiffrage » (il a même été question de l’industrie automobile qui repartait à la hausse en France (si si !) 
Quel chef d’entreprise, quelle famille dans une période d’austérité accepterait d’investir en se mettant au taquet du surendettement en n’ayant pas la réponse à ces 3 questions fondamentales : « Qu’est-ce ça va être, à quoi ça va servir et quelles seront mes marges de manoeuvre ? » 
Quel chef d’entreprise, quelle famille se lancerait dans des projets financiers en n’ayant pas un échéancier de retour sur investissement 
Avant que le PPI (Plan pluriannuel d’investissement) qui suit le débat sur le rapport d’orientation budgétaire ne soit voté aurons-nous au moins des réponses à ces questions ?
17 Mars 2016
Certains font des supermarchés inutiles, d'autres nous poignardent dans le dos (ou comment utiliser au mieux l'argent public pour favoriser les multinationales).
Ci-dessous un communiqué du SLF (Syndicat de la Librairie Française) sur le partenariat Amazon / Education nationale 
En s’alliant à Amazon pour l’autoédition de contenus éducatifs, 
le ministère de l’Education nationale menace doublement le marché du livre 
Canopé, opérateur public du ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, vient d’annoncer un partenariat avec Amazon (Kindle direct publishing) pour encourager l’autoédition de contenus éducatifs numériques par les enseignants mais également directement par les étudiants, les élèves ou leurs parents. 
En privilégiant l’autoédition de contenus pédagogiques, le ministère de l’Education nationale, à travers son opérateur Canopé, renie la valeur ajoutée des éditeurs scolaires et des auteurs professionnels et encadrés. En s’alliant à Amazon, ce même ministère choisit d’allouer des moyens publics alimentés par l’impôt à une multinationale américaine qui a fait du non-paiement de ses impôts en France l’un des axes majeurs de sa stratégie. Il favorise en outre le monopole d’un système de diffusion numérique totalement fermé qui impose à chaque utilisateur l’acquisition du Kindle d’Amazon et interdit la circulation des contenus. 
La France dispose d’un réseau de plus de 3000 librairies indépendantes. Celles-ci jouent un rôle essentiel pour la vitalité des territoires, le développement de la lecture et la diversité de la création éditoriale. Ces librairies coopèrent au quotidien avec les écoles, les collèges, les lycées. Elles maintiennent et créent de nombreux emplois. Elles accueillent chaque jour les professeurs, les étudiants, les élèves et leurs parents, dans leurs magasins et sur leurs sites Internet, pour développer l’accès au livre et à la lecture. 
La France peut s’enorgueillir de disposer, en matière de création et de diffusion de livres, d’un écosystème vertueux reconnu notamment par le « Plan librairie » mis en œuvre depuis 2012 sur décision du Gouvernement et du Parlement. 
Le Syndicat de la librairie française demande au ministère de l’Education nationale de tout mettre en œuvre pour soutenir et non pas fragiliser cet écosystème qui bénéficie à tous.  
Contact SLF : 
Guillaume Husson 
g.husson@syndicat-librairie.fr
8 Mars 2016
Profité aujourd’hui d’une journée de vacances pour une promenade à Louhans. Quelle tristesse cette enfilade de magasins tous ouverts et ce grand parking gratuit du bord de Seille à l’entrée de la principale rue commerçante. Pas mieux dimanche à Chagny où même en cherchant bien il est de plus en plus difficile de trouver un commerce fermé. Quant à ces panneaux indiquant que la ville est en zone bleue, c’est d’un goût ! 
Quelle chance ces 2 petites villes: à peu près 6000 habitants chacune, l’une assez éloignée de Chalon pour ne pas en subir la concurrence et l’autre suffisamment proche de Chalon et de Beaune (moins de 15 km) pour profiter de leur dynamisme. Le secret c'est d'être à moins de 20km ou à plus de 25km. Entre les 2 t'es mort. De plus visiblement internet n’a pas dû arriver jusque là 
Il est peut-être temps de les revitaliser, il ne manque pas d’espaces libres à leur périphérie. 
Leur taux de vacance commerciale est de 10%, le même que celui du reste du département et de la France. Il doit y avoir un micro climat qui touche l’ensemble du pays et qui heureusement épargne Tournus. Quelle chance nous avons ! 
Je pense qu’il est urgent de continuer à se creuser la tête, payer des études et des consultants et planifier des investissements pharaoniques pour redynamiser le centre-ville en excentrant ses pôles d’attractivité, le cinéma par exemple vous savez celui qui fait l’unanimité de ses usagers, car il n’existe en effet aucune autre solution simple, rapide, gratuite et qui de plus a été mise en place avec succès ailleurs pour ré attirer les gens dans le centre 
Ça fait longtemps que je n’avais pas fait de la désinformation moi !
La « Librairie Les Arcades » de Tournus a le plaisir de vous annoncer que le Ministère de la Culture et de la Communication vient de renouveler fin Septembre 2015 pour 3 ans la labellisation LIR « Librairie Indépendante de référence » de la librairie 
Extrait du communiqué de presse publié à l’issue du décret du 23 août 2011 : Le label de librairie indépendante de référence, créé par la loi de finances pour 2008, a été attribué pour la première fois en 2009 par Frédéric Mitterrand. Il distingue aujourd’hui des librairies en métropole et outre-mer pour l’étendue de leur assortiment, leur rôle pour la promotion de la littérature de qualité et pour l’animation culturelle de nos villes.