Prix 2016 du polar des lecteurs de la Librairie Les Arcades  " Trop de morts au pays des merveilles" de Morgan Audic édité au Rouergue
20 Février 2016
Les projets ruineux de la municipalité ou comment revitaliser une ville par "l'excentration de son centre-ville" 
Mode d'emploi résumé : Je dis que je veux vitaliser le centre ville, je casse ce qui s'y trouve, je reconstruis plus loin, moins bien et plus cher et je laisse mon successeur régler l'addition 
Un concept intéressant en période d'austérité et qui devrait être breveté !
Voir le reportage de France 3 Bourgogne   

C’est une honte 27 janvier 2016
Après avoir découragé les clients de venir dans le centre ville en doublant le nombre de places de stationnement payant, voici maintenant que la municipalité incite les commerçants de la rue Désiré Mathivet à partir. 
Le conseil municipal du 26 janvier a adopté un document qui incite fortement les commerçants de la rue Désiré Mathivet à se « relocaliser » entre la mairie et la place Lacretelle. Les locaux libérés seraient réaménagés en logements, garages, etc. 
Le but est maintenant on ne peut plus clair : assécher et désertifier le centre pour justifier la mise en place de 2 supers projets immobiliers à la périphérie 
Pour cela une stratégie on ne peut plus claire aussi, mais malheureusement pas pour tout le monde ! 
- On commence par doubler le nombre de place de stationnement payant dans le centre (sans aucune visibilité sur les modalités) ce qui conduit à la fermeture des commerces mois après mois et nous amène à un taux de vacance commerciale 2 fois supérieur à la moyenne départementale 
- Puis on incite les commerçants à partir et ainsi la baisse de l’offre continuera à s’amplifier 
- On justifie les mesures sous couvert de « revitalisation du centre ville » en s’appuyant sur des études aussi farfelues qu’onéreuses qui passent directement de l’état des lieux à la préconisation de solutions sans faire de véritable diagnostic 
- On supprime un ½ poste au cinéma du centre ville et de ce fait et on le rend moins attractif en le fermant 2 à 3 jours par semaine, et notamment le mercredi après-midi 
- On rase la salle des fêtes du centre ville sous prétexte qu’elle n’est pas adaptée 
- Pour les remplacer on construira à la périphérie avec les fonds publics et un emprunt un gigantesque complexe multifonctionnel (2400 places, brasserie) que l’on donnera au privé. 
- On prend prétexte que les futurs éventuels investisseurs potentiels probables de la future zone d’activité promise au nord veulent avant d’envisager la possibilité d’étudier un projet d’implantation que l’on mette des commerces et des enseignes au pied de leurs locaux pour construire un centre commercial avec galerie marchande. 
- On amuse la galerie en prenant des mesurettes de soutien au centre ville : masquer les vitrines des commerces inoccupés avec des gommettes, faire miroiter la mise en place d’un « click and collect » pour dynamiser le commerce (mesure qui se chiffre en centaines de milliers d’euros), étudier la mise en place d’un office du commerce chapeauté par un employé de la mairie(si si ! j’avais cru comprendre que l’on avait déjà une association de commerçants), multiplier les animations telles que les marchés nocturnes supposés attirer les touristes alors qu’une petite ville avec des commerces de proximité ouverts est certainement beaucoup plus attractive, etc. 
Au bout du compte et après des millions d’euros d’endettement qu’auront les tournusiens ? 
Rien de plus puisque un cinéma on en a déjà un, une salle des fêtes on en a déjà une, un restaurant et une brasserie on en a déjà plein et des bons et un supermarché on en a déjà 4. 
Pardon, on aura quelque chose de plus. Une dette colossale puisque ces projets inutiles (dont la liste précédente n’est pas exhaustive puisqu’il faut ajouter un rond point, une cuisine au cellier des moines, des incitations financières pour que les commerçants partent, le financement des diverses études et bien sûr des infrastructures pour accompagner tout cela) tripleront au minimum le taux d’endettement par habitant. 
Quoiqu’il se dise et comme il n’y a pas de génération spontanée les impôts augmenteront obligatoirement et pas qu’un peu. 
Ne serait-il pas possible puisque les objectifs (affichés et claironnés) sont de revitaliser Tournus et son centre d’utiliser la place libérée par le Madeleine Palace et les locaux techniques de la mairie pour faire un cinéma au moins aussi bien que La Palette, une salle des fêtes dimensionnée pour Tournus et ses activités et un parking avec la place restante ? Le tout à bien moindre coût qu’une salle multifonctionnelle de 2400 places 
Ne serait-il pas possible de consacrer une partie des millions qui vont être dépensés à réhabiliter les ruelles qui font le charme de notre ville et qui à coup sûr attirent les touristes. 
Ne serait-il pas possible aussi de mettre en place un système de stationnement d’1h30 gratuite dans tout le centre et de le signaler clairement. Cela aurait le double intérêt d’éviter les « voitures ventouses » qui chagrinent tant certains et de permettre aux chalands de faire tranquillement leurs achats dans le centre. C’est ce qui se fait dans des petites villes de la taille de Tournus : Cluny, Louhans, Chagny et qui ont des taux de vacances commerciales 2 fois moins élevés que Tournus. 
Ne serait-il pas temps de faire des projets à destination des tournusiens ? L’avenir de Tournus est dans Tournus, la ville n’a aucune raison d’être malade et ne demande qu’à vivre si on arrête de lui donner des coups 
Avec ces mesures (cinéma, salle des fêtes, ruelles aménagées, stationnement plus souple et plus pratique) gageons que Touristes et habitants du Tournugeois reprendraient le goût et l’habitude de venir dans le centre, que les commerces refleuriraient et que l’on recommencerait à s’y sentir bien. 
C’est bientôt le printemps c’est le temps de s’y mettre.
6 Janvier 2016
La librairie Les Arcades vous présente ses meilleurs vœux pour 2016 
 Vous trouverez ci-dessous une invitation du collectif de défense du cinéma la Palette ainsi qu’une copie de la lettre ouverte adressée par le collectif au Maire et aux élus en ce début d'année 
 Est-il inéluctable qu’il faille presque tripler le taux d’endettement par habitant (*) pour ne rien avoir au bout du compte puisque un cinéma on en a déjà un et il fait l’unanimité de ses usagers, une salle des fêtes on en a déjà une, qui certes mérite d’être améliorée mais certainement pas pour un coût de plusieurs millions d’euros et de plus en dehors du centre, un rond-point avec jet d’eau, on s’en fiche un peu, un cellier avec une magnifique cuisine (no comments !) et un supermarché (avec l’infrastructure qui va autour) on en a déjà 4 ? Quant aux études des différents cabinets on pourrait peut-être n’en retenir qu’un qui entre l’état des lieux et la proposition de solutions n’oublie pas de faire un diagnostic et de formuler les besoins des habitants 
(*) fin 2014 l’endettement de Tournus par habitant était de 644 EUR ce qui est bien comparé à l’endettement des villes de 5000 à 10000 habitants qui était de 890 EUR (793 EUR pour la Saône et Loire). En prenant la fourchette basse des investissements prévus (et connus !) : 6 millions d’euros soit 1000 EUR par habitant on arrive à un futur endettement d'au moins 1650 EUR soit presque 3 fois l’actuel et presque 2 fois plus que la moyenne nationale

Message du collectif 
Bonjour à tous, 
Meilleurs voeux à tous pour cette nouvelle année, 
 
Comme nous vous l'avions annoncé, le Maire de Tournus transmettra ses voeux aux habitants de Tournus au Cellier des Moines ce vendredi 8 janvier à 19H. 
 
Le collectif de défense du cinéma la Palette organise une présence sur les lieux dans le calme et la bonne humeur, avec : 
 
- à partir de 18H30 , à l'entrée du Cellier des Moines, une distribution de la lettre que nous adressons au Maire et aux élus en ce début d'année (voir en pièce jointe) 
 
- dès 19H notre présence au Cellier avec notre badge du collectif la palette en danger. 
Les "non Tournusiens" pourront nous aider s'ils le souhaitent à distribuer la lettre. 
Il ne s'agit pas d'une manifestation... 
 
Nous avons prévu aussi une distribution de cette lettre sur le marché de Tournus le samedi 9 janvier, de 10H à 11H ou de 11H à 12H, nous avons besoin de renfort pour ces 2 créneaux horaires, merci de nous dire par retour qui pourra être disponible pour cette distribution. 
Rendez vous devant le cinéma la Palette. 
 
A très bientôt 
Le Collectif 
 
Courrier du collectif au Maire et aux élus 
Le Collectif La Palette en danger 
adresse ses vœux 2016 pour Tournus 
en forme de lettre ouverte au Maire le 8 janvier 2016 
Monsieur le Maire, 
 
Près de 2000 personnes (dont 61% de tournusiens et d'habitants de la communauté de communes) ont signé l'été dernier la pétition concernant l'avenir du cinéma La Palette. 
Environ 130 personnes ont participé à une réunion publique le 6 novembre dernier et 150 manifestaient le 1er décembre devant le cellier des moines en protestation contre votre projet: 
un espace multifonctionnel comprenant: 
1 salle de 1400 places assises et 2800 debout, 
1 salle polyvalente de 300 places, 
1 brasserie de 50 couverts, 
1 salle de cinéma de 117 places. 
Ce projet, surdimensionné pour une ville comme Tournus est porteur de risque pour l'avenir du cinéma et pour l'avenir de la ville. 
Le coût de construction varie, selon vos prises de parole, entre 4 et 7,2 millions d'euros. Vous n'avez jamais présenté un budget prévisionnel clair pour ce projet qui représente une dépense énorme à financer sur les impots futurs des tournusiens. 
Cet espace qui comprend le cinéma présente un risque important de déficit. Vous projetez de le mettre en gestion privée. Si le site n'est pas rentable, que deviendra le cinéma noyé dans cet ensemble? 
 
Nous avons élaboré un dossier étayé et argumenté. Sur cette base, nous avons demandé à plusieurs reprises depuis le mois de juillet dernier à vous rencontrer pour en parler. 
Nous avons eu votre silence pour toute réponse. 
Le démantèlement du cinéma a déjà commencé avec la décision de supprimer un emploi d'un mi-temps de projectionniste à compter du 1er janvier 2016 et de réduire sensiblement le nombre de jours d'ouverture en fermant le cinéma au public les mardis, mercredis et jeudis. 
Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage: Quel meilleur moyen que cette décision pour faire la preuve que le cinéma, au centre ville et en gestion municipale, marche mal et ainsi justifier vos projets de déménagement et de gestion privée dans un complexe pharaonique, aux frais des contribuables tournusiens. 
Il aurait fallu, dans un contexte de baisse de la dotation de l'Etat et dans le souci d'un usage raisonnable de l'argent public, rénover à moindre frais le cinéma à son emplacement actuel. A l'opportunité de réfléchir à une véritable politique de programmation soucieuse à la fois de diffusion culturelle et d'efficacité économique, vous préférez organiser, de fait, la dégradation du cinéma, tant sur le plan matériel que sur le plan de son fonctionnement. 
Pour toutes ces raisons, nous décidons de rendre publique cette lettre et d'alerter Monsieur le préfet de Saône et Loire. Nous en appelons aussi maintenant aux conseillers municipaux de tout bord et aux habitants de cette ville pour éviter à Tournus de perdre son cinéma et pire, de finir au pitoyable palmarès des villes asphyxiées par le poids de la dette, victimes de projets démesurés et mal conduits.

La culture se développe à Tournus ! C’est bientôt Noël 18 décembre 2015

Ne reculant devant aucune initiative pour « enchanter » notre ville nous sommes par l’intermédiaire de nos édiles en train d’inventer un nouveau mode de culture : La culture ... du béton. On commence par bien désherber les mauvaises herbes (Cinéma, salle des fêtes, anciens bâtiments industriels, etc.) qui nuisaient à la vitalité du centre, on arrose de quelques millions d’euros que l’on n’a pas « mais que l’on trouvera faites nous confiance » et on replante mais ailleurs et de préférence en dehors de la ville ce qu’on vient de démolir « mais en mieux, faites-nous confiance aussi » . On n’oubliera pas pour favoriser la repousse d’y adjoindre un centre commercial qui viendra fort opportunément compléter les 4 supermarchés existants et absorber une partie des 2400 personnes qui sortiront comblées de notre future salle des fêtes et enfin pour faire encore plus sérieux car il faut bien tenir son futur rang de centre d’attractivité régionale y adjoindre quelques touches de rond-point, de cuisine monastique et d’études justificatives. 
Bien enfumer (au besoin faites appel à un professionnel) et attendre la récolte qui vous donnera un magnifique bouquet, totalement inutile mais somptueux. C’est un très bon plan car les dizaines de récoltes suivantes vous permettront (ainsi qu’à vos enfants et petits enfants) via vos impôts de continuerites  à jouir de votre bonne initiative d’ensemencement ! 
Si vous voyez de nombreuses fleurs dépérir progressivement au centre de la composition et même certaines plantes robustes, ne vous inquiétez-pas c’est normal et c’est même voulu, leur disparition permettra au nouveau bouquet de trouver toute sa justification 
J’oubliais : la librairie sera ouverte ce dimanche 20 décembre de 10h à 12h30 et de 14h30 à 18h et lundi aux horaires habituels
Le Van Gogh 28 octobre 
 
Quelques infos sur nos activités de tous les jours, que certains d'entre vous ne connaissent sûrement pas :  
- Outre les soirées échecs des jeudis, il y a toujours une place pour un échiquier (prêté par nos soins ou apporté par vos petites mains) ou autre jeu de société, de dés ou de cartes, à toute heure. 
 - Découvrez aussi notre coin bouquins, avec des ouvrages de tous styles, à lire sur place ou à emprunter (renseignements sur le prêt de livres au comptoir). 
 - Enfin, quand il n'y a pas de concert en vue, n'oubliez pas que chez nous, la radio facile à 95 % de variété moisie écrite par les mêmes auteurs et produite par les mêmes majors, ça n'existe pas : nous aurons toujours plaisir à vous faire découvrir ou redécouvrir une discothèque internationale variée, qui va des grands classiques de la chanson française des 50's au rock alternatif, et aussi à écouter vos suggestions. 
 - Ah et au cas où ça vous aurait échappé, notre spécialité, ça reste la bière belge sous toutes ses formes et couleurs, avec des nouveautés et/ou promotions régulières, et aussi une petite sélection rigoureuse de vins locaux dont vous nous direz des nouvelles. 
 Bonne semaine à tous et à bientôt au Van Gogh !
Les librairies indépendantes et le travail du dimanche
COMMUNIQUÉ DU SYNDICAT DE LA LIBRAIRIE FRANÇAISE 
 
Les libraires s’opposent à la généralisation de l’ouverture dominicale des commerces culturels votée par le Sénat 
 
Dans le cadre de l’examen de la loi « Croissance, activité et égalité des chances économiques », dite « loi Macron », le Sénat a adopté un amendement visant à généraliser l’ouverture dominicale des commerces culturels sur l’ensemble du territoire. 
 
Sur les 3000 librairies françaises, seule une minorité ouvre actuellement le dimanche, là où l’activité ce jour-là le justifie, à savoir à proximité de marchés ou dans des zones touristiques. Les libraires ne sont pas demandeurs d’une dérogation généralisée au repos dominical, une telle dérogation ne se justifiant pas sur le plan économique. En effet, l’ouverture dominicale, en dehors des exceptions liées à la présence d’un marché ou d’une zone touristique, n’est pas rentable pour les librairies, commerces à forte intensité de main d’œuvre (deux fois plus d’emplois en librairie que dans les chaînes culturelles, trois fois plus que dans la grande distribution). L’ouverture dominicale entraîne une répartition différente des achats de livres sur la semaine davantage qu’une croissance nette du chiffre d’affaires, le temps de lecture n’étant pas extensible. 
 
La dérogation introduite par le Sénat est par ailleurs ambiguë dès lors que n’existe aucune définition des « commerces de détail de biens culturels ». La grande distribution qui vend des biens culturels relève-t-elle de cette dérogation ? Les chaînes spécialisées sont-elles également concernées alors qu’elles ne réalisent plus qu’une part minoritaire de leur chiffre d’affaires avec les produits culturels (produits éditoriaux : livres, disques, DVD)(1) ? Si tel était le cas, les librairies se retrouveraient désavantagées par rapport à des chaînes qui pourraient ouvrir le dimanche avec un personnel réduit et des charges inférieures. 
 
Par ailleurs, la dérogation générale au repos dominical n’est pas une réponse à la concurrence du commerce électronique, sauf à considérer qu’il faudrait également ouvrir la nuit ! Depuis plusieurs mois, les librairies indépendantes progressent alors que la vente en ligne marque le pas, voire régresse(2). Cette évolution prouve que c’est principalement en se distinguant d’Internet et en offrant un service de qualité au niveau de l’accueil, du conseil, de la diversité de l’offre et des animations que l’on peut développer sa clientèle et son chiffre d’affaires.